26 MARS 1962 : le bloody sunday français

La journée ensoleillée d’hier était l’anniversaire de l’une des journées les plus sombres de l’Histoire contemporaine de notre pays. Le 26 mars 1962, des militaires français tirent à balles réelles sur des citoyens français désarmés. 

Pour museler les pieds-noirs qui protestent contre les accords d’Evian car attachés à leur patrie, l’Algérie Française, les militaires français tirent sur la population. Cette fusillade a lieu devant la Grande Poste de la Rue d’Isly d’Alger. On compte à ce jour officiellement 62 morts et plus de 150 blessés dont des femmes et de jeunes adolescents.

Le soir même, le Général De Gaulle émet une allocution télévisuelle où il demande au peuple français de voter oui au réferendum pour l’indépendance de l’Algérie. Il ne prononce pas un mot sur le massacre qui a eu lieu pendant la journée de l’autre côté de la mer Méditerranée. Les images filmées par les journalistes lors de ce massacre sont censurées et ne seront diffusées qu’en 1963.

Cet évènement bouleverse les pieds-noirs qui finissent par perdre espoir. Abandonnés par le gouvernement français, ils ne leur restent plus que ce choix fatal : “la valise ou le cercueil”.

A l’heure où certains candidats aux élections présidentielles – à des fins purement électoralistes – ne se gênent pas pour tenir des propos plus que hasardeux sur la colonisation, il est de bon ton de se remémorer ce jour funeste où des militaires français ont tué des citoyens français désarmés. Surtout dans la mesure où la responsabilité de l’État Français n’a toujours pas été reconnue.

Sans tomber dans la rancœur, dans le “ni pardon ni oubli”, force est de constater qu’il faudra un jour revenir sur cette période trouble de l’Histoire de France et peut être envisager d’ouvrir une commission d’enquête chargée d’éclaircir les nombreuses zones d’ombres de ce jour funeste du 26 mars 1962.

Published by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *