entretien avec la cagoule

La Cagoule est un groupe de graffeurs du Sud de la France talentueux, originaux et portant un message patriote. Le blog ayant notamment pour objectif de mettre en avant le patriotisme, un entretien était de mise. Il va de soit que les réponses données n’engagent que leur auteur.

Depuis quand et pourquoi faites vous du graffiti nationaliste ?

Nous avons décidé il y a 4 ans de reprendre l’activité de peintures murales après quelques années d’arrêt. Nous ne trouvions plus aucune excitation à peindre de manière égocentrée. Le fait de peindre des thématiques qui nous tiennent à cœur et qui plaisent à certains, nous a remotivé et nous avons retrouvé le désir de peindre pour promouvoir notre culture et notre si beau pays.

Nous peignons pour faire plaisir aux nôtres, françaises et français et plus particulièrement pour la jeunesse patriotique.

Graff et patriotisme…ce n’est pas antinomique ?

Écrire sur des murs est une activité pratiquée depuis la nuit des temps, depuis Lascaux jusqu’aux dessins réalisés à la bombe de peinture dans nos villes. Ce qui importe n’est pas l’outil (la bombe de peinture) mais le but que l’on cherche à atteindre. Notre but est clairement la promotion de l’histoire et des valeurs de notre pays, si cela plaît et que cela donne envie de s’intéresser à la culture française, alors il me semble légitime d’utiliser tout les outils que l’on a à disposition. Il ne faut pas se focaliser sur le terme « graff » qui ne veut pas dire grand chose. Des personnes nous reprochent d’utiliser cet outil qui serait synonyme d’américanisation… Ces même personnes utilisent Facebook et internet pour émettre leurs critiques. Pourtant je n’ai pas entendu dire qu’internet ou Facebook soient, ni français, ni européen. N’importe quels moyens doivent être utilisés pour promouvoir nos idées. De plus nos influences actuelles ne sont absolument pas issues du « graffiti » mais plutôt des fresques murales de football comme en Pologne et en Italie.

Pourquoi “la Cagoule”?

C’est un clin d’oeil humoristique à la fameuse organisation d’Eugène Deloncle.

Comment procédez vous pour réaliser vos œuvres ?

Le plus souvent les thématiques viennent de lectures que nous jugeons assez marquantes pour faire l’objet d’une peinture.

Quelles sont vos inspirations (artistes, militants, auteurs, personnages historiques, lieux etc) ?

Nos inspirations artistiques actuelles proviennent des fresques murales de football, des publicités des années 50/60 que l’on peut encore observer sur les murs de nos villes. Je citerai en vrac Leiji Matsumoto, Roger Excoffon, l’art héraldique , Mickaël de Poissy…

Nous apprécions le mouvement Casapound pour son dynamisme, Hogar social Madrid…

Des personnages comme Pierre Guillaume « le crabe tambour », Hélie de saint Marc, Georges Loustaunau-Lacau, Dominique Venner, Roger Holeindre sont des figures que nous affectionnons particulièrement et qui sont clairement un exemple pour la jeunesse…

3 citations à vous partager…Pouvez vous nous dire ce qu’elles vous inspirent ?

  • « Les révolutionnaires de gauche ont annoncé pendant 30 ans la révolution pour la saison prochaine. Les révolutionnaires de droite ont annoncé pendant 25 ans le coup de force pour le mois qui venait. Il n’y a eu ni révolution, ni coup de force. Simplement, chaque année, pour calmer l’impatience des troupes, un cortège au Mur des Fédérés, ou un cortège à la place des Pyramides. A droite et à gauche, cela s’appelle l’action. Mais ni à droite, ni à gauche, on a entrepris une action sérieuse pour la conquête du pouvoir. On s’est bien gardé de mobiliser les troupes de gauche ou de droite contre l’État parlementaire. Chose curieuse : loin de viser l’État, les gens de droite et les gens de gauche se sont dressés les uns contre les autres, selon les mots d’ordre : Tous debout contre le communisme ! Tous debout contre le cléricalisme, ou la réaction, ou le fascisme. Et c’est ainsi que les divers gouvernements ont eu la paix, et que l’État parlementaire est encore debout. » GEORGES VALOIS

Selon l’adage, « on ne détruit que ce que l’on remplace », l’extrême gauche et l’extrême droite ont t’ils eu les moyens de proposer une solution de rechange, rien n’est moins sur…. Il est effectivement plus simple de distribuer des coups de poings que de proposer une alternative réelle au régime parlementaire que l’on veut remplacer.

  • “La Tradition n’est pas le passé, c’est ce qui ne passe pas” DOMINIQUE VENNER

Que dire de plus…

  • “Tout désespoir en politique est une sottise absolue” CHARLES MAURRAS

Définitivement ! le Brexit et l’élection de Trump en sont des exemples flagrants. Nous avons foi en notre pays et particulièrement en la jeunesse française qui est source d’espoir…

Quelques conseils de lectures ?

En vrac, « Le crabe tambour » de Pierre Schoendoerffer, « Les âmes qui brulent » de Léon Degrelle, « Mémoires d’un français rebelle » de Georges Loustaunau-Lacau, « Les écuries de l’occident » de Jean Cau, « Méditations du haut des cimes » de Julius Evola,  « Pensées corsaires » de Gabriele Adinolfi, « Sparte et les sudistes » de Maurice Bardèche, « Le mur de l’ouest n’est pas tombé » de Hervé Juvin, « Réflexions sur la violence » de Georges Sorel…

C’est quoi pour vous être français ?

C’est être de culture helléno-chrétienne, d’ethnie caucasienne et aimer sa culture, sa terre et son histoire. C’est vouloir le bonheur pour son peuple et respecter ses anciens. Comme le dit Barrès, il faut « entendre la voix de la terre et des morts ». « La terre nous donne une discipline, et nous sommes le prolongement de nos ancêtres ».

Le précepte :  « français par le sang versé » est tout à fait acceptable également pour rentrer dans la grande famille française, à l’image des légionnaires et des harkis.

Published by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *